Faire construire sa « Maison », le projet d’une vie !

Aujourd’hui je vous propose un article un peu particulier.

Je vais vous parler de la construction de notre maison et j’espère que cela pourra aider certains de vous car il y a de nombreux pièges à éviter (malheureusement).

Nous nous sommes lancés dans ce projet avec mon Amoureux en octobre 2016 pendant ma première grossesse. Pour ne rien vous cacher nous voulions impérativement investir dans du solide pour le futur de notre famille et pour laisser un éventuel quelque chose à nos enfants. Nous envisagions au tout début l’achat d’un appartement mais nous nous sommes vite rendus compte que nous trouverions pas forcément notre bonheur et la collectivité commençait déjà à cette époque à devenir quelque chose de compliqué pour nous. Nous ne voulions pas de frais de syndic de copropriété, de frais d’entretien et j’en passe… Bien entendu d’autres frais sont à envisager en maison individuelle mais nous pouvons les anticiper sans date butoir !

Nous avons fait quelques recherches, de part expérience je savais qu’il nous serait totalement impossible de passer Via un Architecte indépendant pour réaliser une maison sur mesure. Nous nous sommes donc renseignes sur les différents CMI (constructeurs de maisons individuelles) présents sur le marché. Bien évidement il faut être très précautionneux et choisir un constructeur avec une réputation qui n’est plus à faire (même si aucun d’eux n’est parfait, hélas) et présent sur le marché depuis un bon nombre d’années. Je pense que vous aussi vous avez dû voir des reportages télévisés concernant des CMI douteux ayant mis la clés sous la porte en l’espace de quelques mois seulement ! Notre choix c’est arrêté sur Maisons Pierre (il n’est pas meilleur que les autres malheureusement je vous expliquerai plus bas pourquoi) car les modèles de maisons proposés nous correspondaient beaucoup et que cela rentrait dans notre budget.

Nous sommes donc allés à la rencontre du constructeur qui a très vite mise en place des visites de terrains pour que nous puissions nous projeter et valider ou non notre choix.

Pour ceux que cela intéresse notre modèle de maison est ICI nous avons fait le choix de la maison avec trois chambres dont suite-parentale et sans garage.

Nous pouvions donc visiter deux sortes de terrains :

– les terrains dits en « lotissement » à l’américaine, avec des trottoirs neuf et aucun frais de viabilisation (eaux usées, eaux potables…) avec de tout petits espaces extérieurs qui ne nous ont pas emballés du tout car nous ne souhaitons pas revendre avant notre retraite et très franchement je ne nous imaginait pas dans un lieu comme celui-ci passé 50 ans !

– les terrains non viabilité « ordinaires » avec des surfaces beaucoup plus intéressantes cependant il fallait prévoir le coût de la viabilisation et cela augmentait le tarif de notre construction.

Comme vous l’avez compris nous avons rapidement fait notre choix et nous avons donc retenu la seconde proposition. Nous avons alors trouver le terrain de nos rêves dans un petit village de Seine-et-Marne d’environ 900 habitants. La surface de notre terrains est d’environ 1300M2 ce qui nous permet d’envisager des tas de possibilités pour l’avenir et des aménagements sympas pour notre famille.

La procédure s’est rapidement mise en place, le constructeur que nous avions choisi s’est lui même occupé du dépôt de permis de construire en Mairie et nous avons obtenu l’accord assez rapidement. Cependant, le plus compliqué était à venir et nous avons eu de gros moments de doutes arrivés à cette seconde étape qu’est l’offre de prêt, vous allez rapidement comprendre pourquoi !

Ce qu’il faut savoir c’est que de nombreux constructeurs dont le nôtre vous propose de s’occuper de tout ainsi que de vos offres de prêt. C’est ultra cool sur le moment mais encore faut-il tomber sur un bon commercial car ce ne fut pas notre cas. D’après le compromis de vente nous avions jusqu’à fin décembre pour obtenir une offre de prêt de la part d’un établissement bancaire, malheureusement nous avons fait confiance à Maisons Pierre et nous avons obtenu celle-ci tout juste un mois après mon accouchement soit en mars 2017, nous avons eu énormément de chance que le compromis de vente ne soit pas caduque... L’offre de prêt est arrivée tout juste à temps. Cependant les travaux n’ont pas pu commencer de suite car nous avions pas encore signé la vente définitive du terrain que nous avions choisi. Pourquoi ? Parce que la vente était subordonnée à une condition suspensive… OUI ! un hangar était sur le terrain et devait être impérativement démolit avant la signature définitive. Il faut savoir que la vente était réalisée sous mandat d’un agent immobilier (pas très correct non plus) celui-ci a voulu nous forcer a signer la vente sans que le hangar ne soit détruit… Je savais pertinemment que le notaire nous ne ferait pas signé l’acte de vente définitif dans ces conditions étant donné que cela changeait totalement le caractère de la vente. La vente définitive a donc eu lieu en août 2017. ENFIN et je peux vous dire que ce fut extrêmement long et angoissant.

maison-newhome


Nous sommes devenus propriétaires du terrain.

Une fois le terrain acheté nous avons dû le préparé aux fins de pouvoir réalisé les travaux de notre maison. Il faut savoir que le terrain fait une surface de 1300M2 et qu’il était totalement laissé à l’abandon. C’est donc Seb, l’Amoureux qui s’est chargé de ce travail titanesque et ce tout juste avant que l’automne ne pointe le bout de son nez ! Je le tire mon chapeau car il faut un vrai mental d’acier pour effectuer de telles tâches.

Bien avant le commencement des travaux, notre terrain n’étant pas viabilisé nous avons dû faire les démarches auprès de la SAUR pour la raccordement en eau potable et l’évacuation des eaux usées. Nous avons acceptés et signés le devis en octobre et ces travaux ont été réalisés seulement trois mois avant notre emménagement. La maison voisine dont le chantier n’avait pas commencé était elle déjà raccordée, la seule explication que l’on m’a donné, votre dossier a été oublié, veuillez nous en excuser (la bonne blague).

Les travaux ont officiellement commencé en octobre et pour ne plus s’arrêter et ce jusqu ‘à la réception officielle de la maison le 23 février 2018. Une fois que les travaux ont commencé nous n’avons pas rencontré de souci particulier, notre chef de chantier était plutôt rigoureux et obstiné afin de maintenir les délais. La maison fut donc rapidement « hors d’eau, hors d’air » cela signifie qu’il y avait le toit, les fenêtres ainsi que les portes ce qui devait nous permettre de faire les démarches nécessaires auprès d’ENEDIS pour obtenir notre raccordement électrique. Il faut savoir qu’il faut solliciter ENEDIS au plus tôt, finalement nous avons réalisé que nous aurions dû anticiper beaucoup plus parce que ce sont les ROIS pour vous faire attendre, vous manquer de respect et se moquer de vous aussi. Un petit conseil, n’hésitez à harceler votre chef de chantier pour qu’il vous donne une date estimative pour l’installation de vos portes et fenêtres car c’est la condition unique qu’ ENEDIS exigera de vous pour dans un premier temps vous faire votre devis (bien entendu il faut au minimum deux à trois rdv sur le chantier avec ENEDIS car tout est bien trop difficile pour eux !).

Concernant ENEDIS, il existe un plateforme en ligne vous permettant de monter votre dossier et d’être recontacter plus ou moins rapidement pour le premier rdv sur chantier. Il faut savoir que ce premier rendez-vous a pour but de faire une bref visite de votre installation électrique et d’évaluer les alentours afin de vous faire un devis estimatif des travaux de raccordement. Une fois votre devis accepté et bien entendu payé les délais sont très très très longs, nous avons attendu presque un mois et demi pour avoir notre rdv de raccordement. C’est moi qui me suis rendue à ce rendez-vous (nous avions réceptionné la maison un mois plus tôt, je vous parlerai de celle-ci plus bas) qui s’est très mal passé, le technicien va exiger que vous le remettiez le CONSUEL (document certifiant que l’installation électrique est conforme aux normes en vigueur) et la moindre minuscule petite erreur sur ce document vous opposera un refus de raccordement ainsi que des frais de déplacement supplémentaires à votre charges bien entendu. Cependant, ce qu’on oublie de préciser c’est le manque de respect, de tact et de délicatesse de certains techniciens qui vous prennent pour des moins que rien… je ne vais pas rentrer dans les détails mais ce fût pour moi un grand moment de solitude. Finalement le raccordement définitif a eu lieu en avril et HEUREUSEMENT car nous devions impérativement chauffer la maison afin de pouvoir commencer les menus-travaux restant à notre charge ! En effet, il faut savoir que dans la plupart des CCMI il n’est pas prévu les travaux de peintures, de carrelage mural cuisine et salle de bain (entre autre). Notre contrat de construction prévoyait l’installation de nos sols carrelage et PVC pour le premier étage et heureusement !

C’est donc pendant les mois de mai et juin 2018 que l’Amoureux a fait les dernier travaux afin de nous permettre une installation rapide.

Il a donc posé le carrelage mural dans la salle de douche de notre chambre, dans la salle de bain ainsi que dans la cuisine mais avant ça il a fait toutes les peintures seul d’une maison de quasi 110M2 et pour cela je félicite ! Mon Amoureux a aussi réceptionné  nos meubles car nous avons quasiment tout changé pour opté pour des meubles plus adaptés aux enfants en bas âge. Pour la cuisine nous avons fait le choix d’une cuisine de chez Maisons du Monde qui ne nécessitait de pose ou d’installation particulière et qui correspondait parfaitement au style que nous souhaitions donner à notre maison. Nous avons emménagés fin juin et aujourd’hui il nous reste juste l’escalier à terminé ce qui n’est pas trop gênant pour l’instant.

Je vous propose quelques photos des travaux réalisés par l’Amoureux :

maison-sdb

maison-sdb

maison-sdb

maison-sdb


Les mauvaises surprises que l’on ne peut prévoir (hélas) :

La réception de la maison sans eau ni électricité : eh oui malheureusement c’est une pratique universelle chez les constructeurs et c’est révoltant à ceci s’ajoute que l’on vous force a prononcer une réception sans réserves ce qui est un comble car ils nous était impossible de vérifier les raccordement électrique ainsi que la plomberie. Malheureusement la loi ne sanctionne pas assez sévèrement les constructeurs qui continuent ces pratiques totalement illégal et vous n’avez quasi aucun recours car ils pratiquent tous le chantage à la clef donc on va force la main que vous le vouliez ou non. En tout qu’ancien souscripteur en assurance construction j’ai voulu faire de la riposte en refusant de leur donner leur dénier chèque cependant au final notre maison est resté sans visite et sans aération aucune pendant un mois et de la moisissure s’est installé un peu partout ! Au final nous sommes tous soumis à leurs exigences totalement illicites ! Jespère qu’un jour le législateur prendra des sanctions fermes contre ces pratiques douteuses qui n’ont que trop durées. Un petit conseil, n’hésitez pas à faire appel à un huissier de justice pour faire constater vos réserves lors de la réception c’est ce que nous avons fait afin de nous prémunir au maximum contre Maisons Pierre.

Les feux sur chantier : de nombreux artisans ont pour habitude de faire brûler les déchets sur votre terrain cependant cela peut très vite virer au cauchemar et ce fut notre cas. L’entreprise chargée de l’installation de nos sols PRODUSOL a fait un feu sauvage a peine à 10 mètres de notre puisard fermés par un bouchon en plastique, je vous laisser imaginer les dégâts que cela auraient pu causer. Je vous précise aussi que nos sols ont été installés après réception et que donc nous étions pleinement responsable en cas d’incendie illicite sur notre terrain ! Nous nous sommes empressés de faire une réclamation auprès de PRODUSOL qui est restée malheureusement sans-suite, les artisans se sont ensuite venger vulgairement en laissant notre maison dégueulasse après leur intervention (que c’est délicat de leur part).

Les vols sur chantier : cela existe bien plus qu’on ne le croit. notre robinet extérieur a été arraché vulgairement comme ça par magie.

Les taxes surprises pour lesquelles vous n’êtes pas du tout préparés : quand vous décidez d’investir dans le neuf et de faire construire on vous fait tout d’abord croire que vous allez être exonéré de Taxe Foncière pendant deux ans. Il est vrai que pendant deux années vous ne paierez pas de Taxe Foncière sauf et je dis bien sauf sur votre parcelle de terrain cela représente pour environ 180 euros certes ce n’est pas la fin du monde. Cependant pour palier à cette perte de Taxe Foncière vous serez redevable d’une autre taxe, eh oui les amis je ne plaisante pas, il s’agit de la Taxe d’Aménagement qui peut être très très élevée. Dans notre commune, pour notre surface de terrain et aux vues de la maison que nous souhaitions construire elle est de 4 550 euros payable en deux fois. Vous paierez la première partie un an après l’acceptation de votre permis de construire et la seconde deux après. Mon petit conseil, renseignez-vous quant au montant de cette taxe avant de faire construire car elle peut finalement s’avérer très élevée. Une autre taxe s’ajoute également la Taxe de Raccordement au Réseau d’Assainissement, celle-ci vient tout juste de nous tomber dessus pour un montant de 2 000 euros, il faut savoir qu’elle n’est pas obligatoire mais que c’est au bon vouloir de votre commune !

Je pense que d’autres surprises vont nous tomber dessus mais pour l’instant c’est déjà pas mal vous nous trouvez pas ? Je vous en direz plus au fur et à mesure.

J’allais presque oublier… je vous conseille également de prévoir un budget pour votre portail et votre clôture car très rapidement vous vous rendrez compte que c’est indispensable, nous avons également investi de suite dans un abri de jardin pour désencombrer au maximum notre maison.


Sachez tout de même qu’en cas de problème liés directement l’article 1792 du code civil est là pour vous protéger :

« Tout constructeur d’un ouvrage est responsable de plein droit, envers le maître ou l’acquéreur de l’ouvrage, des dommages, même résultant d’un vice du sol, qui compromettent la solidité de l’ouvrage ou qui, l’affectant dans l’un de ses éléments constitutifs ou l’un de ses éléments d’équipement, le rendent impropre à sa destination.

Une telle responsabilité n’a point lieu si le constructeur prouve que les dommages proviennent d’une cause étrangère. »

Par ailleurs une ordonnance du 8 juin 2005 vient compléter celui-ci imposant une obligation d’assurance obligatoire à chacun des professionnel de la construction et votre constructeur est dans l’obligation de vous faire adhérer à contrat groupe Dommages-Ouvrage (DO),  cette assurance permet en cas de sinistre d’être remboursé rapidement de la totalité des travaux de réparation des dommages couverts par la garantie décennale, sans attendre qu’intervienne une décision de justice. L’assurance DO va vous garantir dans le cadre des dommages qui compromettent la solidité de votre maison (effondrement de toiture, fissures IMPORTANTES de vos murs ou vos planchers, affaissement du planchers par exemple…) ou les dommages qui rendraient votre maison impropre à sa destination c’est-à dire inhabitable ou qui pourraient nuire gravement à son occupation ou mettre en danger la sécurité de ses occupants (rupture de canalisation, infiltration d’eau…) pendant une période de 10 suivant la réception de votre maison et après expiration de la garantie de parfait achèvement.

Par expérience personnelle je peux vous conseiller de vous renseigner au maximum et de vous armer de patience car quelque soit la construction vous aurez vous aussi le droit à votre lot de galères. Il faut aussi être bien certain de ses choix et que votre couple soit HYPER solide quand on se lance dans une telle aventure car vous aurez également votre lot de nuits blanches et de disputes avec votre conjoint.

 

Je pense que finalement le jeu en vaut la chandelle et vous ?

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉 

 

 

Une envie de maternité (Part 6)

Nous sommes le 18 décembre 2015, voilà deux semaines que je suis sur un petit nuage, pour moi ce début de grossesse est un rêve éveillé.

Comme prévu deux semaines auparavant, je me rends donc à ma visite de contrôle chez ma gynécologue. Il est vrai que depuis quelques jours je me sens différente, je ne sais pas comme des sensations différentes en moi… Est-ce qu’il s’agissait d’une mise en garde ? Personne ne le saura vraiment.

J’arrive donc dans le cabinet de ma Doctoresse et comme d’habitude je patiente, patiente et patiente encore plus que d’habitude, 1h30 environ. Très naïvement j’étais beaucoup moins stressée que pour ma précédente visite car je m’étais accoutumée à cette nouvelle et à l’idée de devenir enfin maman pour début août 2016.

Lorsque je rentre enfin dans la salle de consultation, je montre dans un premier temps à mon médecin l’ensemble de mes analyses (je vous avez parlé des prises de sang interminables de début de grossesse). Elle m’explique donc que je ne suis pas immunisée contre la toxoplasmose et me donne les précautions à suivre pour le reste de ma grossesse (intérieurement j’étais malgré tout ravie car pendant neuf mois je ne pourrais plus touchée aux litières des chats, enfin c’est ce que je pensais…).

Arrive, le moment de l’examen, re-prise de poids, re-tension et j’en passe jusqu’à l’échographie vaginale. Dans un premier temps elle essaye de faire un écho dite standard bien que optimiste l’embryon ne devant mesurer que 15 ou 17 mm, en effet elle ne voit pas grand chose. Donc place à l’échographie vaginale… Je remarque tout de suite que ce petit embryon est déjà formé, je vois sa petite tête, ses tout petits bras et ses petits pieds (c’est complètement fou)… Par réflexe je dis de suite ah mais qu’est-ce qu’il a bien poussé. Par la suite je constate que ma Gynécologue est perplexe, je ne comprends pas de suite pourquoi finalement. Au bout de quelques minutes, elle me dit avec une grande délicatesse (avec des mots tendres et vraiment simples) qu’elle n’arrive pas à entendre son rythme cardiaque.

Malheureusement l’examen se termine de façon très amer, eh oui je connais les conséquences de l’absence de rythme cardiaque et je sais que si on ne détecte rien dans quelques jours on va m’annoncer que malheureusement j’ai fait une fausse couche et que mon petit bébé ne se développe plus. Ma gynécologue sachant que je suis assez lucide sur la chose me redonne un rendez-vous pour le lundi qui suit afin que nous fassions un contrôle et elle m’explique avec des mots simples mais pénibles qu’il y a très peu d’espoir.

Je sors du cabinet complètement sonnée et dans un état second. J’envoie de suite un sms à mon Chéri pour lui expliquer la situation ainsi que l’ensemble des épreuves qui vont suivre. Il décide de suite de m’accompagner dès le lundi pour mon rendez-vous. Malheureusement après un week-end d’angoisse et de pleures mon rendez-vous du lundi n’a fait que confirmer ce que nous savions déjà.

Mon médecin me rédige un courrier afin que je me rende aux urgences le plus près de chez moi afin que l’on procède à un curetage étant donné la taille de l’embryon car elle pense qu’une fausse couche spontanée serait plus ou moins risquée. Nous nous rendons immédiatement aux urgences de Montfermeil et c’est à partir de là que commence ce parcours du combattant. Une gynécologue des urgences m’examine et me fait très mal, en plus de ça elle est très froide et vraiment hautaine… elle me dit bah de toute façon faut revenir dans une semaine et si c’est toujours pareil on vous prescrira des médicaments (ma pauvre fille tu vas rester avec ton embryon mort dans le bide et démerde toi, excusez-moi je suis un peu crue mais malheureusement ils m’ont traité comme du bétail). Je sors de cette consultation en larmes, j’étais déjà au bout du rouleau… Mon mari est choqué et ne sais que me conseillé.

Après une nuit blanche je décide sur un coup de tête de me rendre aux urgences de Montreuil (j’ai cherché toute la nuit un hosto compétent). Je m’y suis rendue seule et en larmes et j’y ai trouvé un tas de réponses… pas toutes les réponses que j’aurais souhaité mais des explications tout du moins. Je me fais examinée par un gynécologue très compétent et qui me rassure et qui m’explique la démarche que je vais devoir suivre et je vous avoue qu’à quelques jours de Noël j’avais vraiment besoin de soutien. Il m’explique qu’effectivement les hôpitaux sont tellement engorgé que dans mon cas ils préconisaient à toutes leurs patientes la prise de médicaments afin de faciliter la fausse couche à domicile. Il m’explique également et ce très honnêtement qu’étant donné la taille de l’embryon il se peut que cela ne fonctionne pas du tout, mais qu’il est malheureusement obligé de le faire.

En accord avec les médecins nous décidons que cette prise de médicaments aurait lieu le 26 et 27 décembre 2015 et que je dois  de nouveau me rendre aux urgences afin d’effectuer une échographie de contrôle aux environ du 1er/2 janvier 2016.

Je suis scrupuleusement les instructions portées sur l’ordonnance et bien que je sois chez mon père pour fêter Noël je décide de commencer ce traitement. Je ne vous cache pas que cela à été très douloureux physiquement… Des douleurs atroces aux ovaires pendant 48h et aucune fausse couche à l’horizon… Je prends sur moi surtout parce que je veux passer les fêtes avec ma Grand-Mère et que je ne souhaite pas lui raconter tout ceci.

Nous rentrons à Paris le 27 décembre et rien à changé… La semaine suivante j’essaye de reprendre le cours de ma vie et je prépare le réveillon du jour de l’an qui doit avoir lieu chez nous avec ma belle famille. D’ailleurs ce réveillon m’a permis de m’évader et de penser à autre chose. Le 2 janvier 2016 avec mon amoureux nous retournons aux urgences pour cette fameuse écho, on me confirme qu’il est malheureusement toujours là et à cet instant précis que je m’effondre totalement et j’explique que je n’en peux plus et que je trouve totalement inhumain de me laisser comme ça alors que je n’ai plus aucun espoir, je vais même jusqu’à leur dire que je suis certaine que si j’avais souhaiter un avortement les choses se seraient passées plus vite… Ni une ni deux, on me programme le curetage pour le 5 janvier 2016. Je suis enfin soulagée mais pour une courte durée (hélas).

J’attends donc le 5 janvier avec impatience afin que ce mauvais rêve s’arrête enfin, les quelques jours me séparant de cette date sont interminables… Le 4 janvier au matin je me réveil avec des contractions à 6h30, je comprends de suite que la nature a très vite décidée qu’elle n’attendrait pas jusqu’au lendemain. J’ai vécu le jour le plus long de ma vie et le plus pénible je pense.

Toute la journée les contractions étaient espacées d’environ 30 minutes. En début de soirée les choses s’accélèrent et l’enfer devient interminable… j’ai une hémorragie qui ne se calme pas, je ne tiens plus debout et je sais que rien est terminé… Après m’avoir récupéré dans les toilettes, dans la baignoire et j’en passe, mon Mari décide de contacter les pompiers. Je me retrouve de nouveau à Montfermeil (quel horreur), là on me libère de mon calvaire (je ne détaillerais pas ici), mais après avoir perdu des litres de sang on me laisse rentrer chez moi…

Certes, le mauvais rêve s’est terminé la nuit du 4 au 5 janvier 2016, cependant je reste perplexe quant au déroulement des choses. On a refusé de me garder en observation ne serait-ce qu’une seule nuit alors que j’étais complètement anémiée et que je ne tenais pas sur mes jambes. J’ai mis près de trois semaines avant de pouvoir remettre le nez dehors.

Aujourd’hui, je ne garde pas un souvenir si négatif de cette expérience, elle m’a fait grandir et m’a fait comprendre quelles étaient mes envies. Eh oui, je souhaitais plus que tout devenir Maman. Alors oui j’ai souffert, oui parfois je suis encore triste et j’en porte des séquelles mais je ne regrette rien !!!!

Les filles n’ayez pas peur de tenter cette expérience vraiment…

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉 

Une envie de maternité (Part 5)

Nous sommes le mercredi 2 décembre 2015, le jour de mon rendez-vous officiel avec ma gynécologue pour avoir enfin un premier avis et surtout pour savoir si l’embryon que je porte en moi est bien situé dans mon utérus. Eh oui je m’étais pas mal renseignée sur la grossesse l’été dernier et je connaissais plus ou moins les risques de grossesse extra- utérine

Mercredi, après mon déjeuner je me rends donc à Paris pour ce rendez-vous tant attendu, inutile de vous dire que dans ces cas là les heures ressemblent à des jours et les jours ressemblent à des années… Je ne vous raconte pas mon état de stress dans la sale d’attente d’autant plus que j’ai attendu plus d’une heure et que mon angoisse ne faisait qu’augmenter.

C’est Enfin à moi (ouf de soulagement), bien entendu avant tout examen nous avons un entretien préalable avec mon médecin qui me questionne sur mon état d’esprit, elle me demande également si j’ai constaté certains changements (je lui explique qu’effectivement j’ai de gros troubles du sommeil) et bien évidement, elle me pèse pour le bon suivi de la grossesse qu’elle a confirmé tout de suite avec le résultat de la prise de sang.

Suite à cet entretien nous passons aux choses sérieuses, à cette échographie vaginale que j’attendais depuis presque quatre jour pour en savoir un peu plus. Ah lalala c’était quelque chose de très stressant mais de magnifique à la fois, je suis passée par un tas d’émotions fortes… En écrivant ces quelques lignes je me remémore ces souvenirs en ayant les larmes aux yeux. La gynécologue constate de suite que l’embryon est bien placé dans mon utérus. Elle me montre sur l’écran l’œuf dans lequel il se trouve ainsi que cette toute petite chose qui a la taille d’un petit pépin de pomme. A ce moment là mon « petit pépin » comme je l’avais surnommé mesure 4mm et j’ai entendu son cœur battre et c’était complètement fou… Comment imaginer qu’un tout petit embryon de quelques millimètres puisse déjà avoir un petit cœur qui bat.

Je sort de ce rendez-vous sur un nuage de bonheur et de crainte(s) à la fois. En effet, je dois malgré tout retourner au cabinet sous deux semaines afin de vérifier que le développement de ce petit être se passe bien et je dois également faire tout un tas de prise de sang (quelle galère… jvous jure presque une par semaine). j’avais avec moi une petite photo de ce tout petit être que j’ai gardé longtemps dans mon portefeuille. En rentrant à la maison je la montre à mon Homme et je découvre son visage qui s’illumine. Inutile de vous dire que très vite il se prend au jeu de cette grossesse et que maintenant nous parlons en permanence de ce « petit pépin« , nous étions comme deux gamins.

Le côté positif du début de grossesse, c’est qu’étant totalement sur les rotules, je me suis fait pas mal secondée par mon Amoureux, il était au top, ménage, courses, lessive, litière des chats… Concrètement je n’avais plus le droit de faire grand chose mis à part manger, boire et dormir… (une vie de princesse quoi).

Les jours passent et je commence à ressentir des tas de changements, je suis d’humeur bizarre, un coup joyeuse, un coup triste à pleurer pendant des heures, mes seins sont ultra douloureux et j’ai l’impression d’être déjà énorme… Le changement qui m’a le plus marqué je crois que c’est mes envies question alimentation, envies du style ketchup, mayonnaise et frites (le genre d’aliments que je ne mange quasiment pas habituellement).

Nous approchons petit à petit des fêtes de fin d’année et les choses continuent leur cours doucement…

J’attends mon rendez-vous du 18 décembre avec impatience, et pour patienter je consulte des tas de site internet sur l’évolution de l’embryon et je m’imagine ce qui se passe dans mon ventre chaque soir avant de dormir 🙂

Je vous raconte la suite très vite …

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉 

Une envie de maternité (Part 4)

Lors de mon dernier article concernant cette fameuse saga sur la maternité je vous quittais lors de l’ouverture de mes analyses de sang le 27 novembre 2015

La biologiste du laboratoire m’a donc confirmé ce que je pensais avoir compris après plusieurs recherches sur internet et mes quelques réflexions… J’étais bel et bien enceinte d’environs 4 semaines. Après l’annonce de la nouvelle je suis comment dire « dans un état second« , pourquoi me diriez-vous ? Bah tout simplement car je ne pensais pas tomber réellement enceinte après seulement un mois d’arrêt de contraceptif et parce qu’aussi je me demande si la nouvelle serait bonne pour mon Chéri .

Mon premier réflexe fût de téléphoner à mon père (eh oui je n’ai pas pu garder ça pour moi et j’avais très peur de la réaction de l’Homme à la maison). Je lui explique la situation et il me félicite et je lui dis que de mon côté je ne sais pas si je dois me réjouir ou non de la nouvelle.

J’arrive donc à la maison et j’annonce la nouvelle à l’Homme, je crois qu’il était finalement sous le choc. Il n’a pas vraiment réalisé, pas plus de réaction que ça, juste un bisou mais je ne savais pas s’il était ou non. Finalement le premier réflexe qu’il a eu lui aussi s’est de téléphoner à sa maman et de lui annoncer la nouvelle.

Le lendemain je vais donc rejoindre une amie avec qui je déjeune, à ce moment là je réalise que cacher ce début de grossesse jusqu’à la douzième semaine va être ultra difficile d’autant plus que ma meilleure amie et moi nous sommes comme des sœurs et qu’effectivement je veux lui dire. Victoire, la journée se termine et j’ai réussi à tenir mais langue (mais pour combien de temps ???).

A mon retour at home je ne souhaite qu’une seule chose boire un verre de Coca Light, quelle erreur je m’oppose de suite à un refus du Chéri qui me répond qu’à partir de maintenant je vais absolument devoir bannir, le Coca, le rosé, les sushis, le fromage, l’aspartame et tout un tas d’autres aliments. Un peu choquée, je lui dis bah finalement tu es content ? Je précise également car depuis hier je suis un peu dans le doute… Ouf de soulagement il me prend ENFIN dans ses bras et laisse plus ou moins exploser sa joie (24 heures plus tard quand même)…. Pendant cette soirée nous sommes heureux et on pense à l’avenir, on peut vraiment dire que l’on fait des plans sur la comète pour le coup.

Le week-end s’achève et dès le lundi matin je contacte ma Gynécologue pour l’informer des résultats du test positif, et elle me donne aussitôt rendez-vous le mercredi pour une première échographie… Du lundi au mercredi les nuits ont été assez agitées… je n’ai pas arrêté de me torturer l’esprit avec une seule question, est-ce que l’embryon est bien implanté dans mon utérus, eh oui j’ai une terrible angoisse de faire une grossesse extra-utérine et étant donné les conséquences qui peuvent en suivre je vous avoue que ce n’était pas facile à occulter.

Les jours continuent de passer et je me rends ENFIN à mon rendez-vous…

Je vous raconterai bien entendu la suite des événements, d’ailleurs nous approchons de la fin de la Saga, je ne vous en dit pas plus !!!

 

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉 

 

Une envie de maternité (Part 3)

Lors de mon dernier article je vous quittais le 25 novembre 2015 au soir.

Le 26 novembre 2015 au matin je me suis donc réveillée avec toujours d’horribles nausées mais également avec des vertiges. Après deux ou trois tentatives afin de me lever je décide finalement de rester au lit. Les heures passent et arrive 13h, pas d’amélioration. Je me souviens soudainement qu’une de mes collègues m’avais parlé la veille d’une épidémie de gastro (chanceuse comme je suis je pense de suite avoir attrapé cette saloperie). N’arrivant pas à me sentir mieux je décide finalement de contacter SOS médecin.

L’après-midi je végète sur le canapé en attendant le médecin. Il arrive finalement aux alentours de 19h. Après quelques minutes de discussion il remarque de suite mon état de fatigue très avancé. Il me demande de quoi je souffre, je lui explique donc que depuis le début de la semaine je n’arrive pas à faire de vrai repas et que je suis complètement perturbée à l’idée de ne rien pouvoir avaler (forcément ancienne anorexique que je suis). Il me prend la tension, regarde si j’ai de la fièvre… Quelques minutes plus tard il me pose une question : « A quand remonte vos dernières règles ? » Eh bien j’ai eu des règles ce mois-ci enfin elles étaient un peu bizarre je vous l’avoue (elles étaient marrons), bah moi ça ne m’avais pas vraiment choquée car pensant que j’avais arrêté mon contraceptif je pensais que mon corps était en train d’éjecter toutes les restes « chimiques » liés à la prise de ce médicament. Ni une ni deux le médecin me demande si je désire un « enfant », je lui explique que oui qu’effectivement c’était un de mes projets. Il me prescrit alors une prise de sang ainsi qu’une échographie vaginale mais également des anti vomitifs qui je vous l’avoue ne m’ont pas vraiment soulagé.

Lorsque mon Amoureux rentre à la maison, je lui explique ceci… Il me répond, demain tu file faire ta prise de sans et au moins tu seras fixée… Malheureusement la soirée ne s’achève pas aussi bien que prévue. Je passe la soirée seule vraiment angoissée, impossible de dormir ni d’être rassurée, une fois mon amoureux de retour nous faisons ensemble une nuit blanche.

Le lendemain matin je me rends donc comme prévu au laboratoire… Je fais ma pris de sang… Mais je suis persuadée de ne pas être enceinte et je ne comprends pas l’insistance du médecin pour cette prise de sang car le résultat sera forcément négatif (punaise jle sais moi).

Je continue ma journée car effectivement je suis arrêtée car épuisée. Aux environs de 17h je vais chercher les résultats au laboratoire. Je vais faire quelques courses tout en laissant mes résultats dans mon sac et ce jamais les ouvrir parce que oui je le sais il sont négatifs. Mon Amoureux me demande d’un air détaché : « alors tu as les résultats » je lui réponds que oui mais que je n’ai pas encore ouvert l’enveloppe car ils sont négatifs. Il m’arrache l’enveloppe des mains et l’ouvre. Il me dit bah franchement je n’y comprends rien. Jme décide à consulter les résultats et je vous avoue ne rien avoir compris non plus (enfin si j’avais compris mais bon je voulais en être certaine). Je me rends donc sur internet pour en savoir un peu plus… bon eh bien cela ce m’aide pas non plus. Je décide donc de mettre mon manteau et de retourner au laboratoire pour que l’on m’explique.

Alors je fais la course jusqu’au labo… Je rentre et à ce moment là la dame de l’accueil me dit, c’est marrant mais j’étais certaine de vous revoir une fois que vous auriez ouvert vos résultats…

Le verdict vous le saurez vendredi prochain je ne vous en dit pas plus 😉

 

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉 

Une envie de maternité (Part 2)

Voici la seconde partie de mon aventure concernant mon envie de « Maternité »

Dans mon dernier article je m’étais plus ou moins arrêtée à fin septembre 2015 lorsque mon Amoureux et moi nous avions Enfin pris la décision… Cette fameuse décision censée changer toute notre vie.

Pour être tout à fait honnête, l’arrêt des contraceptifs par voie oral à quelque peu perturbé mon quotidien. Comment vous dire j’étais habituée à attendre mes chères amies « mes règles« , chaque mardi suivant l’arrêt l’arrêt de celui-ci. Eh bien je me suis très vite rendue à l’évidence que j’allais devoir investir dans un agenda afin de noter les événements marquants de mon cycle. Je vais malgré tout vous avouer qu’étant une jeune femme assez organisée et très pointilleuse, j’avais dores et déjà acheté un agenda tout neuf pour la rentré 2015 (comme les étudiants lol), eh oui je ne peux pas vivre sans avoir un pense bête pour mes rdv ou les dates d’anniversaires que je suis susceptible d’oublier.

Alors premier cycle sans contraceptif : eh bien je commence par noter bien entendu la date de début de mes dernières règles tout en sachant qu’à la fin de celle-ci je vais ENFIN lâcher prise… Je note aussi la date de fin… et puis bien entendu, après m’être renseignée et avoir interrogé ma Gygy je note plus ou moins de façon fiable ma date « présumée » d’ovulation (je vous expliquerai pourquoi ceci me semble plus ou moins fiable).

Les semaines passent et ressemblent finalement, tout est bien noté dans mon petit agenda… Je réalise aujourd’hui que bien que tout soit plus ou moins programmé… bah je n’y fais pas vraiment attention. Pourquoi je n’y prête pas attention vous allez me le demander ???!!???

Eh bien disons que mon quotidien est plus qu’intensif… Eh oui j’arrête tout fin septembre et j’apprends mi-octobre que je vais ENFIN déménager… Outre ce changement personnel il se passe énormément de chose côté professionnel. En effet, l’entreprise pour laquelle je travaille ne cesse de grandir et de grandir… Comment vous dire j’ai appris début septembre que dès début novembre ma boîte allait acquérir un cabinet de courtage en assurance sur le déclin et que nous allions donc devoir bosser deux fois plus lors du transfert de portefeuille et cela m’angoisse vraiment beaucoup.

Fin octobre rime pour moi avec cartons, ménages, démarches administratives mais aussi avec un stress côté professionnel et une peur de ne pas être à la hauteur de ce lundi 2 novembre 2015 lors de ce transfert de portefeuille (j’en ai fait des nuit blanches…). Entre temps nous nous sommes officiellement PACSES avec mon amoureux, une date que nous attendions avec beaucoup d’impatience. Le PACS m’a affectivement permis de lâcher prise pendant un week-end de quatre jours me permettant de profiter de mon Homme et des joies d’une vraie vie officielle avec lui.

Lundi 2 novembre 2015, je me souviens avoir très peu dodo la veille au soir, eh oui nous avions commencé nos cartons et le deux pièces que nous occupions jusque là était complètement en bordel… Le jour du transfert de portefeuille est ENFIN arrivé au boulot, une journée de stress et d’inquiétude à la fois, mais ce fût également une journée pleine de rebondissements. Finalement, malgré quelques impondérables les choses se sont plutôt bien passées et les courtiers avec lesquels nous allions devoir collaborer se sont révélés super compréhensifs et très patients avec nous (ouf de soulagement). Je vous avoue que je dois quand même remercier mes collègues les plus proches qui ont su être présents pour moi car j’étais totalement en stress !!!!

J’étais plus qu’heureuse de terminer cette semaine car la fin de celle-ci allait être topissime, eh oui nous déménagions le 7 novembre !!! Chouette !!! M’enfin, le déménagement à été chaotique quand même, figurez-vous que j’ai sans le vouloir perdu les clés du camion et que cela fût le début d’une grosse engueulade avec mon Homme 🙁 Finalement cela s’est plus ou moins bien passé… Heureusement me direz-vous …

Pourquoi je vous raconte tout ceci, vous allez le comprendre bien plus tard, mais je vous assure que tout est lié rassurez-vous 😉

Après une semaine passée dans le nouvel appart’ nous avons enfin l’aide de Dad’ pour quelques finitions… mais comment vous dire… Dad’ arrive sur Paris le 11 ou 12 novembre… le 13 novembre après un super resto’ nous sommes totalement choqués en rentrant à la maison… Les coups de feu et les cris suite aux attentats nous traumatisent. La semaine qui s’en suit fût un vrai cauchemar avec l’angoisse de prendre les transport, le regard des autres et j’en passe… Bref jusqu’aux alentours du 25 novembre j’étais dans un états plus que second.

La semaine du 23 novembre commence de façon quelque peu particulière, je me sens vaseuse, fatiguée et plus qu’irritable… Je perds chaque jour un peu plus l’appétit et j’ai des troubles du sommeil !!! Comment vous dire, ni une ni deux je panique et pensant que s’est probablement un des effets second des attentats j’écris de suite à mon psy afin du lui demander un rdv en urgence. La semaine continue et chaque jour devient de plus en plus difficile, je me souviens qu’un matin je suis arrivée en boulot en catastrophe et que je suis montée au deuxième étage afin de vomir 🙁 (pas fun me direz-vous). Je persévère malgré tout jusqu’au mercredi soir où je rentre exténuée at homme sans rien avoir pu avaler de la journée et que Chéri me dit : si demain tu ne te sens pas mieux tu restes ici

Eh bien le 26 novembre 2015 je n’ai finalement pas pu me lever et c’est  partir de ce jour que commence mon histoire…

La suite est à suivre dans une semaine…

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉 

Une envie de maternité (Part 1)

Me revoici pour un article un peu plus sérieux…

Par quoi commencer… eh bien il y a maintenant quatre ans j’ai eu la chance de rencontrer l’Homme de ma Vie celui avec qui je souhaite réaliser mes projets et mes rêves de petite fille…

Après les premiers mois ensemble, la vie de couple à deux, les vacances et le quotidien eh bien il arrive un moment où notre horloge biologique de femme commence à se manifester. Vous voyez sans doute de quoi je parle, j’ai passé le cap de la trentaine bien avancée et mon chéri approche des 35 ans… Après un été 2015 assez chaotique, nous avions enfin l’envie de nous lancer dans cette grande aventure…

Après ma seule et unique semaine de vacances estivale, je me rends donc très rapidement chez ma doctoresse pour femme afin de faire un petit bilan et d’être rassurée quant à ma capacité d’enfanté un jour. Après plus d’un mois d’attente, ce rdv arrive enfin, manque de bol impossible d’être examinée en globalité du coup, elle m’a principalement rassurée en me disant que je n’avais pas de raison de m’inquiéter car j’étais jeune et en bonne santé !!! Donc de retour à la maison, je fais un compte rendu de ce rdv à l’Amoureux et je lui pose la question… Cette question que les Hommes doivent redouter le plus : Mon chéri, on fait quoi maintenant ? Je reprends mon contraceptif ou pas ?? En gros la question était plus de style, bon bah alors on s’y met ou pas ? Jveux pas tomber enceinte à 40 ans non plus…

L’Homme me regarde avec des yeux ronds car il ne devait sans doute pas s’attendre à cette question… Il me regarde et me dit bon eh bien si tu sens prête allons y !!!!!

Nous nous sommes donc lancés dans cette folle aventure tout juste fin septembre 2015… De mon côté je n’avais sans doute pas encore réalisé ce que cela allait impliquer et les bouleversements que j’allais vivre… Je vous le dit de par mon expérience, se lancer dans un tel projet peut sembler naturel et normal, mais il peut être vraiment pleins d’obstacles plus fous les uns que les autres… On ne réalise ceci qu’au fil des mois et des semaines… Si vous voulez mon avis une telle aventure rapproche ou sépare un couple que les choses se passent bien ou mal…

Me concernant le plus difficile c’est de ne plus avoir de Maman à qui confier mes angoisses et peurs car j’ai vécu dans une situation qui m’étais totalement inconnue 🙁

Le reste de cette folle aventure est à suivre  dans mon prochain article (…)

 

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉 

Ma routine capillaire post-grossesse !

Salut les filles,

Je décide de me lancer aujourd’hui dans un sujet qui me tient vraiment à cœur… Il s’agit de mon quotidien, plutôt de ma routine capillaire. Eh oui comme pour une majorité de filles je suis persuadée que mes cheveux reste un atout et fait partie entière de ma féminité. Après la grossesse et la chute hormonale notre chevelure devient terne, cassante et on perd énormément de masse. Cette chute de cheveux post-grossesse n’est pas toujours facile à vivre, bien entendu elle n’est que passagère mais il faut malgré tout vivre avec pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois. Afin de vivre au mieux ce cap j’ai adopté une routine à laquelle j’essaye de me tenir.


Je souhaite également vous faire partager mon expérience car j’ai malheureusement connu des mésaventures capillaires et ce pour de nombreuses raisons. La première c’est que pendant une courte période de ma vie j’ai souffert d’anorexie mentale et ce sans m’en rendre compte et cette maladie a eu pour effet de détruire complètement ma masse de cheveux. Quelques mois avant que ma maladie ne soit officiellement détectée on m’avait prescrit un tas de traitement à base de vitamine de type Cystine B6 qui finalement n’ont pas eu beaucoup d’effet sauf d’augmenter ma  pilosité, moi qui suis une vraie brune.

Après une énième visite chez ma dermatologue, je comprends d’où vient le problème et le long chemin que je vais devoir parcourir afin que les choses s’arrangent.

Pour être tout à fait franche avec vous je suis totalement rétablie depuis un peu plus de trois ans. Eh oui la rencontre avec l’Homme qui partage ma vie a fait la différence.

J’ai aujourd’hui retrouvé un peu plus de masse capillaire, même si je suis vraiment très loin de ce que j’avais avant. Mes cheveux sont également beaucoup plus courts mais je me bats afin de retrouver une longueur qui me plaise. Pour obtenir un résultat qui me plaise je vais régulièrement chez ma coiffeuse, chaque mois ou mois et demi car elle en prend vraiment soin et qu’elle a su trouver la couleur qui me correspondait.

Eh oui qui l’aurait cru, depuis environ trois ans maintenant je m’autorise à traiter mes cheveux comme de vrais cheveux, mèches, et colorations… et ce sans m’inquiéter pour eux après des années d’inquiétudes.

Aujourd’hui et ce même si j’ai totalement confiance en ma coiffeuse, je reste un peu parano en ce qui concerne mes cheveux et donc j’en prends vraiment soin à chaque lavage et même chaque matin au réveil. Je n’utilise que des produits que j’ai longuement testés et approuvés après des mois d’essai sur mes cheveux qui sont très très fins.

Lorsque je les lave, j’utilise en premier un shampoing dermatologique de chez « Ducray » pour cheveux fragiles, ensuite je fais un second shampoing avec le « Fruterer Forticea« , je l’ai adopté après ma chute de cheveux hormonale post-grossesse et je ne peux vraiment plus m’en passer maintenant.  Enfin, j’utilise un après shampoing de marque variée et je fais soin bien précis de chez « Schwaszkopf  Gliss » pour cheveux colorés, il rend mes cheveux très faciles à brosser. Je rince ma petite crinière de rêve…

routinecapillaire-beauté

 

Pour le séchage, j’applique au préalable une mousse coiffante de chez « Jacques Dessange« , Volume parfait, elle me permet d’augmenter le volume de mes cheveux jusqu’au prochain lavage.

J’évite également les brushing trop fréquent et d’utiliser un fer à friser ou un lisseur 😉

 

A noter : vous pouvez retrouver l’ensemble des produits que j’utilise en pharmacie ou parapharmacie.

 

Et vous quelles est votre routine « cheveux » les filles ??

♥♥♥

 

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉 

Les histoires d’amour(s) qui nous gâchent la vie (Part 5)

Lors de mon dernier article concernant mes aventures amoureuses je vous parlais de l’homme qui m’avais complètement brisé le cœur. Si je veux être sincère il m’a littéralement laissé et abandonné dans un état lamentable. Pour clore le sujet le concernant, j’ai mis des mois entiers à m’en remettre et pour couronner le tout j’ai fait une grosse dépression… Attention, je n’ai pas fait de dépression à cause de lui à proprement parlé, ce fut juste l’élément déclencheur, la goutte d’eau qui a fait déborder mon vase déjà beaucoup trop plein depuis des années. J’ai donc pris beaucoup de recul, du temps pour moi dans une clinique spécialisée ce qui m’a permis de me recentrer et de savoir ce que je souhaitais réellement faire, nous étions alors début 2013.

Cependant, je ne souhaitais pas m’avouer vaincue côté cœur alors j’avais malgré tout décidé de me remettre en chasse si je puis dire ainsi 😉 Quelques semaines avant ma date d’entrée en clinique je m’étais donc inscrite sur plusieurs sites de rencontres. Bah oui désespérée j’étais et comme je ne sortais que très peu je pensais que le virtuel serait sans doute une bonne idée avant d’envisager le face à face avec un bel apollon.

Entre plusieurs allers retours chez mon père et ma date d’entrée en clinique j’ai malgré tout réussi à discuter assez longuement avec un Homme assez sympa et qui je ne sais pas pourquoi semblait me plaire.

En fait si je sais très bien pourquoi, il était un peu plus âgé que moi, il avait une vraie situation stable, il était posé, sérieux SURTOUT il avait déjà un vécu et semblait savoir ce qu’il voulait dans le futur car il était déjà papa d’un petit garçon de cinq ans.

Nous discutions encore ensemble lors de mon entrée en clinique et nous nous étions pas rencontrés. Cependant, j’avais été très franche avec lui me concernant et je lui avais expliqué que ce séjour m’était indispensable pour me reconstruire et envisager l’avenir sous de meilleurs jours. Ce qui m’avait vraiment conquise c’est l‘absence de jugement quant à  ma situation personnel et l’acceptation de mon choix.

J’entre finalement en clinique, je conserve avec chance mon téléphone portable et nous continuons d’échanger ensemble. Un jour il se décide à venir me voir dans ce lieu vraiment particulier. Je me suis donc de nouveau lancé à corps perdu dans une nouvelle histoire d’amour et ce sans être vraiment rétablie de la précédente. Je vis alors sur un nuage et je suis très heureuse. J’arrive à passer mon temps de sortie autorisé avec lui ainsi que mes week-end de permission.

Je suis restée environ deux mois en clinique et pendant toute cette période cet Homme a été présent pour moi, il m’a soutenu, encouragé et motivé afin de reprendre ma vie en main. Le jour de ma sortie il était encore présent et je croyais vraiment avoir trouvé le bon (enfin !!!). Cependant une sortie de clinique, le quotidien à gérer, faire des tonnes de démarches administratives. Bref, ni une ni deux le bel Homme que je pensais être le mien prend de la distance et je comprends vite que malheureusement je vais vite me retrouver de nouveau célibataire. Finalement je n’étais qu’une passade pour lui et non la future belle-maman de son fils.

Après avoir fait un bilan concernant cette histoire je réalise que nous n’avions vraiment aucun point commun tant au niveau affectif qu’au niveau beaucoup plus privé si vous voyez de quoi je veux parler.

Eh oui lorsque j’étais assistée par des tonnes de médicaments il était vraiment plus facile de me demander de faire un tas de chose que jamais je n’aurais accepté en tant normal.  Alors je remercie chaque jour le ciel de m’avoir éloigné de lui.

J’en suis d’autant plus heureuse car quelques mois après cette énième rupture je rencontrais mon Prince Charmant, l’Homme de mes rêves, celui qui ne se fait pas passer pour ce qu’il n’est pas. C’est Mon Chou à Moi 😉

♥♥♥

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉 

 

Les histoires d’amour(s) qui nous gâchent la vie (Part 4)

Je reprends le fil de mon récit concernant mon aventure avec un Homme dénué d’intelligence…

Où en étais-je ? Ah oui au début d’une relation qui me semblait vraiment parfaite, sorties, restaurants, balades et j’en passe. Qu’est-ce qu’il pouvait être gentil et tendre. J’y croyais tellement fort qu’après notre premier mois de relation je le présente à ma meilleure amie, j’étais ravie car son impression était bonne alors je me suis dit que c’était probablement l’occasion de foncer un peu plus et de ma laisser aller.

Les semaines passent et tout est vraiment génial… Pour mon anniversaire ma meilleure amie organise également une fête surprise avec la complicité de Monsieur, ah lalala une soirée formidable que me donne l’occasion de tomber éperdument amoureuse de ce crétin fini.

C’est au mois de mai que les choses commencent à se gâter entre nous… Je le trouve bizarre et distant finalement. Il voulait me présenter à la terre entière et en l’espace de quelques jours il change complètement d’avis et me dit clairement qu’il souhaite maintenant que notre relation soit plus ou moins secrète et qu’elle ne regarde que nous. En clair il n’envisage clairement pas de présenter à ses proches et me fait comprendre que je ne dois pas espérer qu’il revoit de nouveau mes amis (coup de massue car à cette époque mes amis était vraiment toute ma vie).

J’étais naïve et très amoureuse alors je cède et pendant des mois je pense que c’est toujours le compte de fée et que mon nuage est parfait. Mais outre le fait que je n’existe pas officiellement dans sa vie à l’égard des autres, je réalise que tout a changé… Nous ne sortons plus, nous ne faisons plus rien comme un couple digne de ce nom. Certes nous passons toujours nos nuit ensemble mais notre relation ne se résume uniquement à ça finalement.

Pendant des mois je fais comme-ci tout était parfaitement normal, eh oui Monsieur avait utilisé des arguments afin de me faire accepter son choix, « j’ai été traumatisé par ma dernière relation, mon ex m’a finalement trompé avec mon meilleur ami, je souhaite aujourd’hui me protéger« … comment ne pas tomber dans le panneau dans ce cas là (pffff pauvre chéri ou plutôt gros connard fini).

Quelques mois plus tard mes amis commencent à se demander comment je peux fréquenter quelqu’un dans ces conditions, pire il me demande clairement pourquoi il n’est jamais de la partie lors de nos nombreuses sorties. Après de nombreuses tentatives de leur part afin de me faire comprendre que j’étais dans une impasse sentimentale rien n’ faisait mais alors rien du tout. Je m’éloigne alors de mes amis avec qui j’avais tout vécu et tout partagé. Je me fais rare, discrète et ne sors que très peu. On peut dire que j’étais devenue une professionnelle dans l’art d’esquiver les sorties que nous avions coutume de faire en groupe. Pourquoi ? Parce que je pense que finalement j’avais honte, honte d’être aussi stupide pour me laisser manipuler par l’Homme… Eh oui moi qui pense avoir du caractère, je réalise que je suis incapable de rompre officiellement 🙁

Au fil du temps j’ai vécu un véritable enfer, je travaillais chaque jour avec lui et devais l’ignorer car j’en avais pas le choix, je devais aussi faire en sorte que jme fiche des autres femmes qu’il côtoyait. Eh oui, moi je n’existait pas pour lui, mais il me manquait chaque jour de respect en passant chaque minutes de son temps libre avec toutes les minettes célibataires de mon service. Toutes ces filles me détestaient, je les détestais également mais pour de mauvaises raison, juste par jalousie, une jalousie folle et incontrôlable.

Cette histoire a duré presque deux ans, jusqu’au jour où complètement à bout j’ai littéralement pété un plomb, disons que cette histoire à été l’élément déclencheur de ce qui me rongeait de l’intérieur depuis des années… J’ai craqué oui, j’ai décidé de tout arrêter et de repartir de zéro… Ce mec avait abusé de moi de toutes les manières possibles, surtout psychologiquement.

Je décide de dire stop et Enfin d’aller de l’avant et de chercher d’où vient ce problème qui me rend si vulnérable, je me fait aider par des personnes compétentes et j’en sors aujourd’hui grandie et heureuse. Finalement ce ptit crétin m’aura tout de même permis de me poser les bonnes questions et de repartir à zéro afin de créer mon futur, celui qui me rend heureuse aujourd’hui 😉

A noter que j’ai revu le personnage en question, malheureusement on habitait la même ville. La dernière fois que je l’ai croisé c’était au restaurant près de chez moi et j’étais fière si fière car j’étais enceinte de six ou sept mois et que j’étais accompagnée par l’Amoureux !!!!!

♥♥♥

 

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉