Du rêve à la réalité – Mon accouchement et la découverte de ma princesse

Je n’avais pas spécialement prévu d’écrire sur mon accouchement car je ne pensais pas y prêter plus d’attention que ça mais finalement ce fût quelque chose de tellement fort que je ne peux garder l’ensemble de ces souvenirs pour moi seule.

Ma petite Princesse a finalement pointé le bout de son nez un peu plus d’une semaine avant le terme de ma grossesse. Cet accouchement avant terme fût une réelle surprise car nous nous étions plus moins fait à l’idée qu’elle n’arriverait pas avant le 2 mars 2017.

Cependant il semble que mes nombreuses prières ont été entendues 🙂 eh oui je n’en pouvais plus car j’avais l’impression d’être un énorme boulet imposant  ne sachant plus comment faire pour me mouvoir (pas très glam’ tout ça). Il est vrai que j’avais donc multiplié les efforts dans l’espoir que l’accouchement arrive au plus vite… Est-ce que cela a fonctionné, nous le saurons jamais je pense mais en tout cas cela m’a surtout provoqué pas mal de contractions. D’ailleurs ces contractions on en parle ? Eh bien elles étaient vraiment inférieures aux vraies contractions qui m’attendaient le jour J.

Les deux dernières semaines de ma grossesse furent donc placées sous le signe d’une attente interminable, tant sur le plan physique que mental. Eh oui, pendant toute cette période je n’avais qu’une seule et unique envie, te découvrir, sentir ton odeur et ta douce petite peau de bébé contre moi. Les heures semblaient être des années et les jours des siècles entiers. J’ai pourtant fait des kilomètres de marche à pied et des heures de ménages pensant naïvement que tu arriverais enfin.

C’est lorsque j’ai lâché prise et que je ne t’attendais finalement que pour début mars que tu as choisi de nous faire cette surprise inattendue.

Cette journée était semblable à toutes les autres, je n’avais rien changé à mes habitudes… Cependant il y avait quelque chose d’étrange malgré tout.

Je sais que certains me prendront pour une folle mais je suis convaincue que mes chats présentaient l’arrivée de ma Princesse. Pourquoi ? Ils ne m’ont pas quitté pendant les deux jours qui ont précédés l’arrivée de bébé. Je n’avais d’ailleurs pas manqué de faire la remarque à l’Amoureux.

Nous étions donc le mardi 21 février, comme chaque soir je suis allée me couchée relativement tôt ne trouvant rien d’intéressant à la télévision afin de captiver mon attention. Je me souviens avoir pris mon chat pour son câlin et j’ai passer de longues minutes à changer de chaînes en espérant trouver quelque chose à regarder. J’ai fini par me coucher vers 23h30, l’Amoureux m’a rejoint vers 1h du matin (eh oui monsieur se couche tard). C’est alors vers 1h20 que j’ai eu une énorme contraction que je ne peux vous décrire, une douleur énorme qui m’a sembler interminable. La douleur passant j’ai dit d’un seul coup à l’Amoureux, eh bien si ça fait aussi mal je crois que je suis très mal barrée… En une fraction de secondes j’ai senti que je perdais les eaux, quelque chose de complètement dingue et de terrifiant à la fois car c’étais forcément synonyme de départ imminent à la maternité. J’ai donc dû dire à mon Homme de se relever et que nous devions absolument partir.

C’est à ce moment là que je vacille entre stress, peur et inquiétude réalisant que je vais bientôt donner la vie à ce petit être tant attendu. J’ai donc préparé en quatrième vitesse ma trousse de toilette que j’avais laissé de côté (d’ailleurs j’ai oublié l’indispensable). J’avais également prévu un sac pour l’Amoureux avec des petites surprises dedans, des gâteaux, des freedent, une bouteille d’eau et une jolie petite carte avec quelques jolis mots rédigés par mes soins.

Nous voici en route, les choses sérieuses se mettent en place et les vraies contractions arrivent d’une intensité de dingue que nul ne peux comprendre (sauf celles qui ont vécu cette expérience). Lorsque nous arrivons nous sommes rapidement pris en charge, la sage femme confirme qu’effectivement j’ai bien perdu les eaux et que donc je vais bien accouché cette nuit là. Cependant je vais devoir patienter car mon col n’étant pas assez ouvert la péridurale ne peut pas encore être mise en place. Je suis donc placée dans une chambre pendant environ une heure avec des douleurs tellement fortes que je pense que je vais y laisser ma peau. Finalement mon col va rapidement s’ouvrir me permettant enfin d’être soulagée par la péridurale. Je crois d’ailleurs que c’est l’une des plus belles inventions de la médecine moderne.

Je patiente donc en salle de travail (enfin) avec l’Amoureux qui réalise qu’il va finalement faire une nuit blanche 😉 C’est au bout d’environ deux heures que je suis totalement prête à accoucher de ma petite Princesse.

La sage femme me demande si j’ai suivi les cours de préparation à l’accouchement, euhhhh non pas eu envie… On m’explique donc qu’il suffit de pousser de la même façon que lorsque l’on est constipé (rire). Du coup à chaque contraction je me lance et plus les choses se passent plus je sais et je ressens que bébé approche c’est complètement fou comme sensation. Après plusieurs minutes d’effort j’entends un bruit et très naïvement je demande : C’est elle qui fait ce bruit ??? A ce moment précis tout le monde rigole en me disant que oui c’est bien elle et qu’elle pleureElle est donc arrivée en une fraction de seconde c’était l’instant le plus merveilleux que j’ai pu vivre je vous l’assure. On me pose bébé sur le torse et là j’entends sa respiration et ses petits bruits de bébé, je réalise à cet instant précis que je suis Enfin Maman de la plus jolie petite fille du monde.

Aujourd’hui bébé a deux mois mais je ne cesse de me remémorer ces instants si particuliers que j’appréhendais tellement. Je réalise en regardant ma fille que j’ai donné la vie et je ne m’en lasse pas.

Je ne vis aujourd’hui que pour ma Princesse et je suis la plus heureuse des mamans… Je souhaite que ses instants si précieux durent le plus longtemps possible !!!

 

A noter : L’illustration de cet article a été réalisée par Julie Baillard (WebDesigner avec qui je travaille régulièrement) de ce fait il est strictement interdit de reproduire celle-ci sans son autorisation préalable (cette illustration étant la propriété de ce blog et de son auteur)

Pour toutes demandes n’hésitez pas prendre contact directement avec elle en cliquant sur le lien ci-dessus.

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉

Quand le R.G.O s’installe dans votre foyer …

Un article un peu particulier aujourd’hui.

Je décide de vous parler du R.G.O ou plutôt du reflux gastro oesophagien dont de plus en plus de nourrisson souffre et souvent dans le silence le plus complet car les parents ne sont pas toujours pris au sérieux (hélas).

Si vous avez lu mon article concernant l’allaitement vous savez sans doute à quel point les premières semaines de ma fille ont été difficiles. Malheureusement un invité surprise a décidé de venir nous pourrir un peu plus les premiers d’existence de bébé. Au fil des semaines et des jours la prise des biberons s’est vraiment compliquée, c’est devenu pour moi une véritable corvée car ma fille s’est mise du jour au lendemain à ne plus apprécier ce moment. En effet, elle est passée du sourire aux larmes et aux grognements. En y réfléchissant il est vrai que depuis quelques semaines elle ne pouvait s’empêcher de grogner et de faire des bruits étranges dès que nous la mettions dans son lit… Bébé devient irritable, ne fait plus de sieste et pleure presque toute la journée. Il est vrai qu’à certains moment je me suis demandée si le problème ne venait pas de moi et si je ne faisais pas quelques chose de travers.

Jusqu’au jour où bébé a de plus de plus de mal à manger et rejette son biberon en arrivant la moitié… A partir de ce moment là je suis convaincue que quelque chose cloche et je me renseigne, je fais le tour des sites médicaux car j’avais déjà entendu parlé de ce foutu R.G.O et je réalise que les signes ne trompent pas, l’ensemble des symptômes coïncident et je veux maintenant que le pédiatre confirme mon ressenti de Maman qui pour moi ne fait aucun doute (bien que je ne sois pas médecin). Je prends donc rendez-vous chez le pédiatre (remplaçant le sien étant en vacances), il m’écoute, je lui explique que ma princesse qui était si souriante est devenue tellement triste car elle souffre.  Il décide immédiatement de la mettre sous traitement, mais ne confirme pas plus que ça mon impression. Nous nous sommes donc lancés depuis trois semaines dans un traitement de fond avec ce fameux INEXIUM.

Les débuts de traitement furent assez difficiles car il n’est pas évident de donner ce type de traitement à un bébé de seulement un mois et demi. Nous faisons au mieux avec le Papa afin de lui donner et de la soulager. Eh oui la seule façon de soulager un bébé R.G.O c’est de lui faire de gros câlins et ce dès qu’il en ressent le besoin, c’est le cas surtout après les repas mais également en journée au moment où la douleur se fait le plus sentir. La positon idéale afin de faire dormir ma princesse en journée est à la verticale dans son transat (dire que nous étions sceptique avant son achat, aujourd’hui je ne regrette plus).

Les premiers effets du traitement arrivent environ une semaine après… Bébé semble un peu moins gêné et arrive de nouveau à dormir un peu en journée (soulagement, pour la maman qui peut souffler de nouveau car au bord de l’épuisement). Nous sommes malgré tout conscients avec son Papa que bébé n’a jamais rejeté complètement un biberon et qu’elle continue à manger et ce malgré cette fichue douleur qui lui bouffe ses journées.

Nous décidons de consulter malgré tout le pédiatre de ma fille afin de le tenir informé et de connaître son avis. Lors du rendez-vous il confirme le R.G.O et nous demande de tester un autre lait le GALLIA AR (car bébé a des selles vertes et le médecin suspecte une IPLV). Nous testons ce nouveau lait dès le soir même et nous remarquons immédiatement qu’il n’est pas du tout au goût de bébé. Le lendemain vu une journée vraiment difficile le goût du lait n’étant pas au goût de ma princesse elle met énormément de temps pour prendre ses biberons. La fin de la semaine arrive et là catastrophe aussi… Le vendredi ma princesse ne supportant plus le goût du GALLIA vomis plusieurs de ses biberons d’écoeurement, sur le coup je n’avais pas fait le rapprochement pensant qu’elle les avait régurgité. J’ai passé la pire nuit de ma vie ne pouvant cesser de m’inquiéter pour mon enfant. Nous avons pris alors la décision avec le Papa de lui redonner son lait d’origine car je n’étais pas plus convaincue que ça concernant l’IPLV. Dès le lendemain avec le reprise du GUIGOZ AR bébé est transformé et retrouve petit à petit l’envie de prendre ses biberons (ouf de soulagement). En parallèle j’ai pris la décision de contacter moi-même GUIGOZ afin de savoir si les selles vertes de bébé son normal. Après une attente de quelques jours on me confirme que c’est tout à fait normal que c’est lié à la composition du lait et de son épaississant l’amidon de maïs. Je le savais pas d’IPLV !!!!

 

Aujourd’hui après presque trois semaines de traitement ma fille semble légèrement soulagée et retrouve le sommeil en journée ce qui me permet de me reposer également. Elle prend des biberons entre 120ml et 150ml et commence petit à petit à faire ses nuits. Nous avons aussi eu le plaisir de constater que des petits sourires étaient de nouveau présents sur son petit visage d’ange et ça fait super plaisir croyez-moi. A l’heure actuelle on ne se plaint pas trop du R.G.O mais nous sommes conscients qu’il sera présent pendant de longs mois encore avec des pic de douleurs. Finalement je me dis chaque jour VIVEMENT LA DIVERSIFICATION ALIMENTAIRE !!!!

Maintenant nous devons vaincre le MUGUET qu’elle a eu le temps d’attraper (pauvre bichette).

Je tiens aussi à passer un gros coup de gueule, en effet, dès lors que j’ai évoqué le problème de ma fille avec certains proches j’ai eu des tas de réflexions du style, ce n’est rien un reflux bébé s’en remettra, blablabla et j’en passe.

Certains reflux sont plus impressionnants que d’autres et lorsque le diagnostique R.G.O est posé par un médecin on est plus sur du simple reflux mais sur une véritable pathologie qui va durée au moins jusqu’à ce que bébé marche. Il faut tout simplement être indulgent avec les jeunes Mamans qui comme moi sont confrontées à ce cauchemar car oui c’est le mot qu’il convient.

Les Mamans, si vous avez des conseils pour rester sereine face au R.G.O je suis preneuse ???!!!!

 

A noter : L’illustration de cet article a été réalisée par Julie Baillard (WebDesigner avec qui je travaille régulièrement) de ce fait il est strictement interdit de reproduire celle-ci sans son autorisation préalable (cette illustration étant la propriété de ce blog et de son auteur)

Pour toutes demandes n’hésitez pas prendre contact directement avec elle en cliquant sur le lien ci-dessus.

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉

Mon expérience de l’allaitement

Je n’avais pas vraiment prévu de faire un article sur le sujet de l’allaitement mais avec le recul je pense que mon expérience peut sans doute servir à d’autres mamans ou futures mamans.

Comme vous le savez j’étais plus que motivée afin d’allaiter ma princesse et ce d’autant plus que ma grossesse fût assez compliquée psychologiquement. Dès que bébé est arrivé nous avions donc fait part de notre choix au service médical. Cependant les choses ne se sont pas vraiment passées comme nous le souhaitions et j’en garde un souvenir plutôt amer (malheureusement).

Mon accouchement s’est relativement bien passé malgré une énorme hémorragie à laquelle nous n’étions pas vraiment préparés. Je ne sais pas si c’est à cause de l’hémorragie ou non mais le peau à peau n’a pas du tout eu lieu, on m’a mis bébé sur moi pendant quelques minutes pour me l’enlever rapidement étant donné les soins qui devaient m’être fait. Du coup ça commençait vraiment mal pour l’allaitement mais tout allait bien pour bébé qui a pu profiter de Papa seule pendant environ deux bonnes heures (le temps de mes soins).

Malheureusement deux heures c’est très long pour un bébé qui vient de venir au monde et les infirmières ont donc été obligées de donner à biberon à mon Amoureux afin qu’elle soit nourrie et lui avait dit que cela ne poserait aucun problème par la suite (aujourd’hui j’ai du mal à y croire).

Lors de sa première journée bébé n’a fait que dormir et n’avait pas plus d’appétit que ça. Lorsque je suis montée dans ma chambre une puéricultrice a donc tenter de faire téter ma princesse cependant elle n’était pas du tout emballée à cette idée ne sachant trop comment faire. La première tentative fût un réel cauchemar (pour moi en tout cas). La seule chose qui m’est finalement marquée c’est que ma princesse n’a absolument rien mangé lors de sa première nuit ce qui m’a particulièrement angoissée.

Le lendemain matin rebelote, les puéricultrices tentent toujours de forcer ma fille à prendre le sein avec des méthodes que je trouve particulièrement difficiles pour elle, je constate qu’elle hurle, pleure et devient toute rouge et que chaque tentative est pire que la précédente bien que nous ayons essayé de l’amadouer en lui donnant également du lait « biberon« . Malheureusement rien y fait et lors de chaque pesée quotidienne je retiens mon souffle. Eh oui, bébé ne mange pas donc pas de prise de poids et les grammes s’envolent ce qui est vraiment effrayant pour toutes les nouvelles mamans.

Lors de ma seconde journée je n’ai plus supporté cet acharnement de la part du personnel médical. Ma fille ne voulait pas prendre le sein ou n’y arrivait pas mais on ne me proposait aucune solution de rechange moi qui après chaque échec j’étais au bord des larmes. Après la visite de mon Amoureux j’ai pris les choses en mains et j’ai décidé de réclamer les biberons indispensables afin de nourrir mon enfant. Que je trouve honteux de devoir les réclamer alors que ma petite puce crevait de faim !!!!

J’ai passé donc ma première soirée « biberons » je lui ai donné à mangé toutes les trois heures décidant de ne pas fermer l’oeil de la nuit afin que la dernière pesée soit enfin positive et qu’elle nous permette de sortir de cet hôpital de malheur !

D’ailleurs je n’ai pu que constater qu’à partir du moment où j’ai demandé les « biberons » pour ma fille plus personne n’est venu s’assurer qu’elle allait bien, aucune infirmière, aide soignantes, personne quoi !!!!

J’ai réussi mon pari et nous avons donc pu rentrer à la maison tous ensemble et ce pour notre plus grand bonheur. Après des interrogations avec la sage-femme venu à mon domicile elle réussie à me convaincre de retenter de nouveau l’expérience de l’allaitement. Cette fois-ci bébé réussi enfin à téter et ça se passe mieux, malheureusement nous avions perdu tellement de temps que cette nouvelle tentative a de nouveau fait perdre pas mal de poids à mon petit ange.

Je n’ai pas eu d’autre choix sur ordre du pédiatre d’arrêter totalement l’allaitement ce qui m’a déchiré le coeur, déprime totale pendant deux jours.

Aujourd’hui et avec le recul je pense que je choisirai sans doute l’option « lait artificiel » d’entrée, il m’est impossible de voir mon bébé souffrir. Ma princesse à totalement récupérée son poids de naissance et elle mange aujourd’hui comme une petite gloutonne ce qui fait très plaisir à voir 😉

Maintenant je ne culpabilise plus du tout et je suis même reconnaissante des avantages que m’offre les « biberons« , eh oui Papa peut me relayer dès que je suis épuisée et lui aussi il partage des instants privilégiés avec sa fille et ça je trouve que c’est fantastique !!!

Mon article ne va sans doute pas plaire à certaines personnes mais j’assume mes propos et mes choix et ce pour le bien de mon enfant.

Surtout n’hésitez pas me donner vos avis quant à votre expérience avec l’allaitement les filles.

PS : Vous pouvez également me donner votre avis sur les réseaux sociaux Facebook ICI / Twitter ICI  ou bien commenter la photo correspondante à l’article via Instagram ICI

Je vous y attends 😉